Menu
Compagnie
Actualités
Note d'Application - Infrabel, Infrastructures de Chemins de fer belges

Note d'Application - Infrabel, Infrastructures de Chemins de fer belges

Image Infrabel

La Belgique possède l'un des réseaux ferroviaires les plus denses au monde. Ce petit pays compte 551 gares et 3064 km de voies électrifiées. Plus de 200 millions de voyages de passagers sont comptabilisés chaque année.

L'électrification a commencé dans les années 50. A cette époque, il a été décidé que les voies ferrées belges seraient électrifiées en 3000 V DC, et d'autres pays, comme l'Espagne et l'Italie, ont fait de même. Aujourd'hui, Infrabel a plus de 2000 disjoncteurs DC à grande vitesse en service, provenant de différents fabricants, dont Acec, Ansaldo (Micro Elettrica), AEG et Secheron.

La région Nord-Ouest a décidé d'acheter 6 systèmes BALTO 8000 pour tester ses disjoncteurs et ses relais.

BALTO-Infrabel-FR-V02.jpg

 

Test des disjoncteurs et des relais : pourquoi ?

Pour Infrabel et la SNCB, les deux priorités absolues sont la sécurité et la ponctualité des trains. Les passagers attendent des trains qu'ils soient ponctuels, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Il y a tellement de choses qui peuvent mal tourner dans un environnement ferroviaire, mais Infrabel ne laisse rien au hasard. Ils testent donc leur infrastructure fréquemment et de manière approfondie.

BALTO-Infrabel-FR-V02-(1).jpg

Au début, et certaines compagnies ferroviaires le font encore, l'appareillage de commutation d'une sous-station de traction était testé régulièrement en effectuant des essais de court-circuit. Lors de ces tests, un court-circuit est introduit le long de la ligne ferroviaire et le comportement de l'appareillage de commutation dans les sous-stations de traction est surveillé.

Ces tests doivent être effectués lorsqu'aucun train ne circule sur la ligne, car ils sont assez dangereux et peuvent endommager l'appareillage de commutation.

Infrabel n'effectue pas ces tests de manière régulière. Ils ne sont réalisés que lors de la mise en service d'une nouvelle sous-station de traction. L'objectif est de contrôler le bon fonctionnement et la robustesse de l'appareillage et de vérifier que le niveau sonore lors d'un déclenchement est conforme aux spécifications. En effet, le son produit par le déclenchement d'un disjoncteur peut être dangereux pour le personnel de la sous-station. L'Allemagne a publié une recommandation sur le test des appareillages de commutation (recommandation VDV 520). L'utilisation de générateurs de courant, appelés redresseurs d'essai dans le document, est décrite comme une alternative aux essais de court-circuit traditionnels.

BALTO-Infrabel-FR-V02-(2).jpg

Pour Infrabel, il est devenu évident il y a quelques années qu'elle devait tester ses disjoncteurs correctement et régulièrement, notamment en raison du nombre important de vieux disjoncteurs encore en service. Les vieux disjoncteurs ont tendance à perdre leurs réglages initiaux d'identification. Chez Infrabel, l'Ids du disjoncteur est réglé à 3500 A. Il n'est pas rare qu'un disjoncteur soit décalé de 1500 A par rapport à son réglage initial après quelques années.

Un disjoncteur qui ne se déclenche pas correctement peut causer de graves problèmes. S'il ne se déclenche pas à temps, l'infrastructure de l'appareillage de commutation va tout simplement commencer à fondre et provoquer un incendie. Infrabel en a été victime à deux reprises. Si un disjoncteur se déclenche trop tôt, les trains s'arrêtent immédiatement. Cela n'aide évidemment pas Infrabel/NMBS à atteindre ses objectifs de ponctualité.

Les courts-circuits dans le réseau électrique d'Infrabel ne sont pas une rareté. Au contraire, cela arrive presque quotidiennement. La cause du court-circuit est souvent le train lui-même.

Infrabel a équipé tous ses disjoncteurs de relais de protection. Les fournisseurs de ces relais sont Siemens (Sitras), Secheron (Sepcos) et Gillam (USC-P). Les relais sont testés par injection primaire. Cela signifie qu'un courant élevé est envoyé à travers le disjoncteur pour déclencher le relais de protection. Le grand avantage du test par injection primaire est que la chaîne de protection complète est testée.

Auparavant, les disjoncteurs et les relais étaient testés tous les trois ans. Avec les nouveaux systèmes BALTO, l'infrastructure de protection complète sera testée chaque année.

Conclusion

Chez Infrabel, la sécurité et l'expérience client sont des priorités. Cela ne peut être accompli que par un réseau électrique bien protégé. Pour vérifier le bon fonctionnement d'une variété de disjoncteurs DC à grande vitesse et de relais de protection, Infrabel a choisi le système universel BALTO.

Les 6 BALTO seront utilisés pour effectuer une injection primaire annuelle sur leurs disjoncteurs et relais.

4.jpg